Partenaires

CNRS IN2P3
UPMC
UPD
UPMC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Actualités > Les Actualités précédentes > Le LPNHE concerné par la série d’événements dramatiques qui frappent actuellement le Japon

Le LPNHE concerné par la série d’événements dramatiques qui frappent actuellement le Japon

par Sophie Trincaz - 11 avril 2011

Le LPNHE, au travers de sa forte implication dans la collaboration T2K, expérience entièrement basée sur le sol du Japon et dédiée à l’étude des oscillations de neutrinos, est particulièrement concerné par la série d’événements dramatiques qui frappent actuellement ce pays.

Un séisme de très forte magnitude (estimée entre 8.9 et 9.1 suivant les sources) s’est produit le 11 Mars 2011 à 05h46 UTC, au large de la côte est de l’île de Honshu, dans la partie nord du Japon. Il s’agit de l’un des cataclysmes les plus puissants enregistrés depuis une centaine d’années, et le plus fort mesuré instrumentalement au Japon. Ce séisme a généré un tsunami destructeur avec des hauteurs de vague de l’ordre de 10 mètres, voire davantage pour les zones proches de l’épicentre. Ce véritable mur d’eau a ravagé la côte est en semant la désolation et en brisant plusieurs milliers de vies humaines.

Pour assombrir encore davantage ce tableau, à plus long terme, une des conséquences majeures provient des effets de la défaillance (non maitrisée à ce jour) des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, source d’une contamination radioactive inédite, et dont l’ampleur et la durée restent à ce jour inconnues.

Le site de l’accélérateur de Tokaï-Mura, point d’orgue de la production du faisceau de neutrinos et véritable camp de base pour les physiciens impliqués, est situé au cœur de la région dévastée par le séisme et le tsunami. Par bonheur, aucun membre de la collaboration présent au moment de la catastrophe n’a été blessé mais les dégâts matériels (bien que dérisoires face aux drames humains qui se jouent dans cet environnement) sont considérables. Au premier avril, la radioactivité ambiante sur le site est estimée en deçà de la valeur de 0.5 microSievert par heure [1]. La première tâche dans les semaines qui viennent consistera à évaluer le détail de la nature et de l’étendue des dommages, ceci avant d’envisager de façon réaliste le moindre retour à la normale des conditions de l’expérience. Le LPNHE et tous ses membres s’associent à l’ensemble des personnes touchées par ce drame et exprime sa solidarité envers le peuple Japonais. Il apporte son soutien à sa communauté scientifique pour préparer dès à présent l’effort de reconstruction.

Auteur : A. Robert

Lien pour J-Parc (Tokaï) :

http://j-parc.jp/en/topics/2011/en.html#Notice

Liens spécifiques pour le suivi de la radioactivité à KEK (Tsukuba) :

http://www.kek.jp/quake/radmonitor/index-e.html

http://rcwww.kek.jp/norm/index-e.html

Facebook

Dans la même rubrique :