Partenaires

CNRS IN2P3
UPMC
UPD
UPMC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Plateformes > Grille et cloud (GRIF) > Recherche

Recherche

Les utilisateurs des grilles EGI et WLCG sont organisés à travers des Communautés d’Organisations Virtuelles (Virtual Research Communities ou VRCs). Une VRC EGI est un groupe de personnes, d’une discipline spécifique, qui partage des intérets similaires et qui a besoin de travailler en collaboration en utilisant une infrastructure grille.

 Domaines de recherche

Différentes disciplines utilisent les ressources du projet GRIF au LPNHE :

  • la physique expérimentale des hautes énergies
  • les systèmes complexes, à travers l’ISC-PIF
  • les études du « système Terre » notamment à travers le projet European Earth Science Grid
  • les études en bioinformatique

 Laboratoires utilisateurs

C’est l’appartenance à une VO (Organisation Virtuelle) qui permet d’utiliser les ressources d’un site grille. Ainsi par exemple, à travers les VO ATLAS, LHCb et CMS, trois collaborations de physique des particules exploitant les données du LHC, ce sont près de 300 laboratoires membres de ces collaborations, qui ont accès aux ressources du projet GRIF.

Signalons toutefois quelsques laboratoires en particulier :

  • les laboratoires membres de GRIF
    • Laboratoire AstroParticule et Cosmologie (APC)
    • L’Institut de Physique Nucléaire d’Orsay (IPNO)
    • CEA/DSM/IRFU (IRFU)
    • Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire d’Orsay (LAL)
    • Laboratoire Leprince Ringuet (LLR)
    • Laboratoire de Physique Nucléaire et de Hautes Energies de Paris (LPNHE)
  • Instituts et projets pluri-discipinaires
    • l’institut des sytèmes complexes-Paris Ile de France ISC-PIF qui héberge une partie de ses ressources de calcul au LPNHE dans le projet GRIF.
    • l’organisation virtuelle vo.france-grilles.fr pour le GIS France Grilles. La liste individuelle des utilisateurs ou des laboratoires ne nous est pas connue, mais une fraction de nos ressources de calcul sont utilisées par cette VO.
  • Instituts et laboratoires anciennement utilisateurs
    • Laboratoires impliqués à travers l’organisation virtuelle Earth Science Research (ESR)
      • l’Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) dont
        • le Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (LATMOS), UMR 8190, Université Versailles Saint Quentin, UPMC, CNRS
        • le Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD), UMR 8539, UPMC, Ecole Polytechnique, Ecole Normale Supérieure, CNRS/INSU
      • le Laboratoire de Probabilités et Modèles Aléatoires LPMA, UMR 7599, Universités Paris 6 et 7 - CNRS - FDR Mathématiques Paris Centre
      • l’Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP)
      • l’Observatoire Paris Meudon
      • le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) à Orléans
    • le Laboratoire de Biologie Computationnelle et Quantitative(BCQ, UMR 7238 CNRS-UPMC, d’Alessandra Carbone
    • le Laboratoire de Physique Théorique et de Hautes Energies (LPTHE), UMR 7589

     Projets impliqués au LPNHE

    Trois groupes du LPNHE ont des ressources de type Tier 2 :

    • ATLAS (A Toroidal Lhc Apparatus System) est une collaboration internationale composée d’environ 3000 personnes (chercheurs, ingénieurs, techniciens et étudiants) provenant de 174 instituts dans 38 pays. Le programme de physique va d’une étude détaillée du modèle standard de la physique des particules à la recherche du boson de Higgs et de modèles de nouvelle physique.
    • LHCb est une collaboration internationale composée d’environ 700 chercheurs et étudiants, aidés de plusieurs centaines d’ingénieurs, techniciens et administratifs, provenant de 52 instituts. LHCb est spécialisé sur l’étude du quark b et de l’antimatière.
    • CTA Le Cherenkov Telescope Array (CTA) est la prochaine génération d’instruments dans le domaine de l’astronomie gamma au sol. Il sera composé de deux réseaux : le premier dans l’hémisphère sud, qui couvrira toute la gamme d’énergie envisagée d’une dizaine de GeV à environ 100 TeV afin de permettre une étude approfondie des sources galactiques, de la partie centrale de notre Galaxie, et aussi pour l’observation des objets extragalactiques. Le second, dans l’hémisphère nord, dédié aux basses énergies (d’une dizaine GeV à environ 1 TeV) se consacrera principalement aux objets extragalactiques.

    On trouve aussi d’autres expériences sur collisionneurs, d’astroparticules et cosmologie :

    • La collaboration Calice est un projet de recherche et développement pour un calorimètre pour le détecteur auprès de l’ILC.
    • AUGER
    • HESS
    • COMET

     Les projets hors du LPNHE

    On trouve des projets de physique des hautes énergies :

    • CMS (Compact Muon Solenoid) est une collaboration internationale composée d’environ 4300 personnes (chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs et étudiants) provenant de 172 instituts dans 40 pays. Le programme de physique va d’une étude détaillée du modèle standard de la physique des particules à la recherche du boson de Higgs et de modèles de nouvelle physique. Le LPNHE n’est pas impliqué dans la collaboration CMS, mais en tant que membre de GRIF ses ressources sont ouvertes à cette collaboration

    On trouve aussi des projets hors de la physique des hautes énergies

    • l’institut des sytèmes complexes ISC-PIF qui héberge une partie de ses ressources de calcul au LPNHE dans le projet GRIF.
    • L’organisation virtuelle ESR (Earth Science Research), comptant des membres de l’IPSL
    • l’organisation virtuelle vo.france-grilles.fr pour le GIS France Grilles

    Enfin, certaines VO sont plus liées à des développements sur la grille :

    • Le groupe dteam est chargé du déploiement et du fonctionnement de la grille WLCG. Il s’agit donc du VO purement technique
    • vo.formation.idgrilles.fr pour les formations à l’utilisation de la grille organisées par l’Institut des grilles

     Publications

    Les différents projets de grille demandent à être référencés dans les publications qui ont utilisées leurs ressources. Voici quelques textes issus des projets d’infrastucture grille dans lesquels nous sommes insérés indiquant comment remercier les projets d’infrastucture de grille :

    • texte disponible sur le site de France Grilles
    • texte disponible sur le site de EGI
    • les expériences auprès du LHC remercient la mise en place de l’infrastucture de grille WLCG dans leurs publications

    Dans la mesure du possible, voici une adaptation de celle de France Grilles :
    “The authors acknowledge the support of France Grilles, in particular of GRIF site, for providing computing resources on the French National Grid Infrastructure.”

    Facebook