Partenaires

CNRS IN2P3
UPMC
UPD
UPMC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Asymétrie Matière Antimatière > PMPP

PMPP

par Webmaster - 1er octobre

GIF - 3.5 ko
Physique théorique

Phénoménologie et modélisation en Physique des Particules

Le groupe a deux axes de recherches :

Physique hadronique

En collaboration avec E. Friedman, A. Gal
et S. Wycech nous avons étudié les effets 
du potentiel nucléon-antinucléon de Paris dans quelques réactions antiproton-noyau. Avec D. Boito, B. El-Bennich, R. Escribano, R. Kamiński et L. Leśniak, nous construisons des paramétrisations pour les amplitudes de désintégrations, B±→π+π-π±, B→Ks0π+π-, B±→K +K-K±, D+→π- π+π+, D+→K-π+π +, D0→Ks0π-π+ et D0→Ks0K+K-, utilisables dans les analyses expérimentales et fournissant une alternative fondée au modèle isobar. Nos amplitudes, théoriquement contraintes, donnant une bonne description du diagramme de Dalitz, devraient être utiles pour la détermination de l’angle CKM γ ; dans les analyses des désintégrations B±→D0K± avec D0→Ks0π+π- et D0→Ks0K+ K-.

En collaboration avec S. Wycech nous expliquons le Baryonium X(1878) découvert par la collaboration BES. Nous décrivons de manière satisfaisante la distribution pp̅ de J/ψ→γpp̅ et améliorons la description du spectre de J/ψ→ωpp en introduisant la contribution de la résonance N* (3/2-).

Le moment magnétique anormal du muon aμ

La contribution hadronique à la polarisation du vide photonique (HVP) à aμ est délicate
à estimer précisément. Une collaboration menée depuis 2012 avec L. Delbuono (LPNHE) et F. Jegerlehner (DESY) a conduit à une nouvelle méthode d’évaluation basée sur le Lagrangien effectif du modèle HLS et sur un mécanisme de brisure des symétries SU(2) et SU(3), mis au point au LPNHE et fournissant une solution élégante au puzzle «τ versus e+ e-».

L’estimation de (g-2)μ
 basée sur notre méthode Lagrangienne donne un écart de plus de 4σ avec la mesure expérimentale effectuée à BNL. La contribution de l’ordre dominant à a\mu
 (LO-HVP) est (681.86 ± 3.20) 10-10 au lieu de (683.50 ± 4.75) 10-10 déduite auparavant par des méthodes standards. Cette amélioration de l’incertitude est cruciale pour comparer les prédictions avec les mesures planifiées à Fermilab et à J-PARC.

Retrouvez ce texte dans le rapport d’activité 2015-2017 du LPNHE.

Contact : Kapusta Frédéric - Tel : +33 1 44 27 63 15

Le site du groupe Théorie du LPNHE Paris

Facebook