Partenaires

CNRS IN2P3
UPMC
UPD
UPMC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Masses et Interactions Fondamentales > ATLAS > Activités > Physique > Performances Jet/ETmiss

Performances Jet/ETmiss

La calibration de l’énergie des jets est basée sur une série de corrections à la calibration initiale basée sur les dépôts d’énergie reconstruits dans le calorimètre, comme la soustraction des effets du pile-up, la correction basée sur la simulation et les corrections utilisant des méthodes in-situ comparant l’énergie d’un jet à celle de particules identifiées ou à celle d’un autre jet, dans un même événement. Le groupe ATLAS du LPNHE a apporté des contributions importantes à ces études, plus particulièrement pour les méthodes Z-jet et deux jets, qui ont aussi été utilisées pour la détermination de la résolution en énergie. La combinaison des résultats des méthodes in-situ (la première de ce type pour la résolution), avec le test de leur compatibilité et la propagation des incertitudes et de leurs corrélations, a été effectuée. L’utilisation d’un grand nombre de composantes des incertitudes est nécessaire pour préserver l’information sur les corrélations, mais l’utilisation de celles-ci dans les études de physique peut être techniquement difficile.

Pour cette raison, une méthode permettant de réduire le nombre de composantes d’un ordre de grandeur, tout en minimisant la perte d’information sur les corrélations, a été développée. Elle a été complétée par une méthode de traitement des corrélations entre différentes configurations des incertitudes, employée pour la combinaison des recherches H→bb utilisant les données du Run 1 et du Run 2 du LHC. Le groupe a aussi eu une forte implication dans des études liées à la mesure in situ de l’efficacité d’étiquetage de jets issus des quarks b, développant une technique « tag and probe » qui a permis de sélectionner un échantillon de contrôle des jets issus des quarks b produits dans les désintégrations des quarks top dans les évènements tt→WbWb→eυ υbb et de réduire l’incertitude de la mesure a seulement quelques pourcents. Retrouvez ce texte dans le rapport d’activité 2015-2017 du LPNHE.

Facebook