Partenaires

CNRS IN2P3
UPMC
UPD
UPMC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > À la une > Les Unes précédentes > SuperNova factory monte en puissance

SuperNova factory monte en puissance

par Francois Legrand - 18 avril 2011

PNG - 26.2 ko
Supernovae suivie par la SNfactory et sa galaxie hôte
En vert sont reportées les magnitudes d’étoiles reconnues a des fins d’alignements astrométriques.

Alors qu’un nouveau résultat de la première phase de la SuperNova factory voit le jour, une nouvelle phase d’observation commence. Une analyse des spectres de supernovae obtenus par la collaboration « Nearby Supernova Factory » vient d’être publiée dans Astronomy and Astrophysics Letters : « The reddening law of Type Ia Supernovae : separating intrinsic variability from dust using equivalent widths ». Elle porte sur une première séparation des propriétés de couleurs intrinsèques aux supernovae de celles liées aux poussières présentes dans leur environnement.

PNG - 72.8 ko
Supernovae suivie par la SNfactory et sa galaxie hôte
En vert sont reportées les magnitudes d’étoiles reconnues a des fins d’alignements astrométriques.

Presque simultanément, et après plus d’une année passée à obtenir les observations permettant de finaliser la première phase d’observation, la SuperNova factory entre dans une deuxième phase de suivi de supernovae : Le premier Avril est paru un ATel (Astronomers Telegraph http://www.astronomerstelegram.org/...) présentant deux nouvelles supernovae suivies par SNIFS. Élargissant le cercle des participants, de nouveaux collaborateurs de Marseille (CPPM) mais aussi d’Allemagne (Universtié de Bonn et Max-Plank Institut fur Astrophysik) et de Chine (Tsinghua Center for Astrophysics) se joignent désormais à la collaboration, faisant en sorte que le Soleil ne se couche jamais sur la SupeNova factory.

Cette nouvelle phase vise à doubler le nombre de supernovae observées en commençant leur suivi encore plus rapidement après leur explosion. Les phases précoces de l’évolution des supernovae de type Ia sont en effet très riches en information sur la nature de leur environnement et de leur progéniteurs. De ce point de vue, la reprise est prometteuse puisque toutes les supernovae observées ont eu un premier spectre obtenu plus d’une semaine avant le maximum de luminosité

Facebook

Dans la même rubrique :