Partenaires

CNRS IN2P3
UPMC
UPD
UPMC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > À la une > Les Unes précédentes > Présentation de nouveaux résultats d’ATLAS à Moriond 2016

Présentation de nouveaux résultats d’ATLAS à Moriond 2016

par Sophie Trincaz - 1er avril 2016

Lors de la conférence Moriond Electroweak 2016, l’expérience ATLAS a présenté ses nouveaux résultats sur les données enregistrées en 2015 dans des collisions entre protons à une énergie de 13 TeV.

La plupart des analyses ont porté sur la recherche de nouveaux processus de physique à grandes échelles d’énergie, pour lesquels l’accroissement de la section efficace de production entre 8 TeV et 13 TeV compense la luminosité intégrée plus faible (3.2 fb-1 en 2015 par rapport à 25 fb-1 à 7 et 8 TeV au Run 1).

Le groupe ATLAS du LPNHE a contribué directement à plusieurs de ces résultats, notamment la recherche de nouvelles résonances massives se désintégrant soit en deux photons, soit en un photon et un boson vecteur Z, soit en un boson Z et un boson de Higgs, reconstruit dans l’état final bbbar.

Le groupe a été aussi impliqué dans la recherche de matière noire avec des événements ou un boson de Higgs se désintégrant en deux photons ou en bbbar est produit en association avec des particules de matière noire qui n’interagissent pas avec le détecteur.

Plusieurs résultats qui ont été montrés reposent sur des mesures de performance de reconstruction des jets avec les données à 13 TeV, dans lesquelles le groupe ATLAS du LPNHE a joué un rôle important (voir ici et ).

La recherche de résonances diphoton, qui avait été initialement présentée en décembre 2015 (lire aussi l’article précédemment publié) et qui avait trouvé un excès à une masse de 750 GeV avec une significativité globale d’environ 2 écarts standard, a été mise à jour. Elle inclut également une recherche de particules de spin 2 et une nouvelle analyse des données à 8 TeV. L’excès a été confirmé au même niveau de significativité. L’expérience CMS a également montré un excès avec une significativité comparable. Il est encore trop tôt pour conclure sur l’origine de cette excès, mais on devrait en savoir bien plus dans quelques mois grâce à la prise de données 2016 du LHC qui démarrera bientôt.

Pour en savoir plus : Page du groupe ATLAS au LPNHE

Auteur : Giovanni Marchiori

Facebook

Dans la même rubrique :