Partenaires

CNRS IN2P3
Sorbonne Universite
Universite de Paris
Initiative Physique des Infinis
UPMC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > À la une > Pour la première fois, les chercheurs du groupe LHCb du LPNHE reconstruisent des traces à 20 MHz

Pour la première fois, les chercheurs du groupe LHCb du LPNHE reconstruisent des traces à 20 MHz

par Sophie Trincaz - 25 octobre

En 2020, la collaboration LHCb a adopté le projet pionnier Allen, un nouveau système de déclenchement entièrement basé sur des GPU, pour l’analyse des données de l’expérience en temps réel, au rythme du croisement des faisceaux du LHC (30 MHz). Ceci fait partie du projet Real Time Analysis, ou RTA, de LHCb. Ce projet a été initié par Vava Gligorov, chercheur au LPNHE et project leader de RTA, qui a obtenu un financement ERC, entre autres pour ce projet très innovant.

Au cours des deux dernières années les chercheurs du groupe LHCb du LPNHE ont réussi, en collaboration avec d’autres collègues de l’expérience, à transformer la proposition du projet Allen en réalité. Le défi de ce projet est de traiter 4 téraoctets de données par seconde avec environ 200 GPU, de reconstruire les trajectoires des particules chargées à 30 MHz et de prendre des décisions pour conserver ou supprimer des événements en fonction de leurs propriétés. En octobre 2022, les chercheurs du LPNHE ont fait un grand pas vers cet objectif. Ils ont réussi à reconstruire, pour la première fois avec le nouveau détecteur LHCb, les trajectoires des particules chargées, et de prendre des décisions de déclenchement basées sur leurs propriétés, et tout ça à 20 MHz. Bien que le système n’ait pas encore fonctionné à sa capacité maximale et qu’il reste encore du travail pour arriver à ce but, c’est la première fois qu’un système de déclenchement d’une expérience de physique des particules effectue la trajectographie à un tel débit. Le concept d’Allen finira donc par fonctionner ! L’équipe se concentre désormais sur la compréhension et l’amélioration, à la fois de la qualité des trajectoires observées et d’Allen, en vue de prendre des données à pleine capacité en 2023.

Christina Agapopoulou, une post-doctorante dans groupe qui a joué un rôle majeur dans la réussite de ce défi, dans la salle de contrôle de LHCb pendant la première prise de données à 20 MHz avec le système Allen. Les voyants verts sur l’écran confirment que tous les sous-systèmes de LHCb sont fonctionnels et la bonne condition de la prise de données.

Contact au laboratoire : Eli Ben-Haïm

Facebook

Dans la même rubrique :

Enregistrer au format PDF