Partenaires

CNRS IN2P3
Sorbonne Universite
Universite de Paris
Initiative Physique des Infinis
UPMC


Rechercher

Sur ce site


Accueil > Thèses, Stages, Formation et Enseignement > Propositions de thèses antérieures > Propositions de thèses 2014 > Mesure des oscillations acoustiques de baryons dans la forêt Lyman-alpha des spectres de quasars du relevé SDSS-IV/eBOSS.

Mesure des oscillations acoustiques de baryons dans la forêt Lyman-alpha des spectres de quasars du relevé SDSS-IV/eBOSS.

Equipe thématique « Matière Noire et Energie Noire » ; expériences : eBOSS

Directeur de thèse : Julien Guy

tél : 01 44 27 41 23

e-mail : julien.guy lpnhe.in2p3.fr

Titre : Mesure des oscillations acoustiques de baryons dans la forêt Lyman-alpha des spectres de quasars du relevé SDSS-IV/eBOSS

Le pic des oscillations acoustiques de baryons détecté dans la
fonction de corrélation de traceurs du champ de densité fournit une
échelle de distance standard qui permet de contraindre l’histoire de
l’expansion de l’univers. La mesure de ce pic dans la fonction de
corrélation des absorbants Lyman-alpha dans les spectres de quasars
ouvre une fenêtre à grand redshift 2.1$<$z $<$3.5, permettant de tester
avec précision le modèle cosmologique standard LCDM dans le régime
d’expansion décélérée. La méthode a été testée avec succès dans le
projet SDSS-III/BOSS. Une précision statistique de 2% sur
l’échelle de distance à un redshift moyen de 2.38 a été obtenue lors
de l’analyse de la première année de données. Le projet
SDSS-IV/eBOSS est en est la suite naturelle. Le catalogue de quasars à
grand redshift sera augmenté (et une partie des cibles de BOSS
ré-observées) permettant ainsi d’atteindre une précision statistique
de mesure de 1.1%. L’objectif de la thèse est de contribuer à cette
analyse. Une partie de l’effort portera sur une amélioration de la
mesure des spectres (calibration spectro-photométrique) et une
meilleure caractérisation des bruits instrumentaux. Le signal, ténu,
n’est en effet détecté statistiquement qu’à travers la corrélation de
dizaines de milliers de spectres qui peuvent être pollués par des
sources de bruit de mesure corrélé. Ce travail sera effectué en
collaboration avec des groupes français et américains.

Lieu de travail : LPNHE - Paris

Déplacements : USA (participation aux réunions de collaboration)

Documentation :

Contact :

Ecole doctorale de rattachement :
Ecole doctorale Sciences de la Terre et de l’Environnement et Physique
de l’Univers

Lien sur les offres de thèse et candidature :
http://ed109.ipgp.fr/index.php/Offres_de_th%C3%A8se

Facebook
Enregistrer au format PDF