Partenaires

CNRS IN2P3
Sorbonne Universite
Universite de Paris
Initiative Physique des Infinis
UPMC


Rechercher

Sur ce site


Accueil > Thèses, Stages, Formation et Enseignement > Propositions de thèses antérieures > Propositions de thèses 2011 > Mesure de la section efficace de production de paires $t\bar{t}$ avec le détecteur ATLAS au LHC

Mesure de la section efficace de production de paires $t\bar{t}$ avec le détecteur ATLAS au LHC

Equipe et responsable de groupe : Atlas responsable Philippe Schwemling

Directeur de thèse : Mélissa Ridel

Autres co-encadrants : Sophie Trincaz-Duvoid

tél : 01 44 27 73 81

e-mail : melissa.ridel lpnhe.in2p3.fr

Titre : Mesure de la section efficace de production de paires $t\bar{t}$ avec le détecteur ATLAS au LHC

L’année 2009 a vu le redémarrage du collisionneur LHC du CERN.
A cette occasion, l’étude détaillée du quark Top, découvert en 1995 au
TeVatron, a pris un nouveau départ mais l’atout majeur que sera la très
grande statistique d’événements $t\bar{t}$ attendue au LHC, dont l’energie
dans le centre de masse est de 7 TeV en comparaison du TeVatron où elle
est de 2 TeV, reste à exploiter, les données s’accumulant au fil des mois.

La mesure de la section efficace est une des premières mesures qui a été
envisagée lors du démarrage d’ATLAS, car elle a permis de valider la
compréhension complète du détecteur à travers notamment :

  • des comparaisons intensives avec les prédictions Monte Carlo
  • la détermination des efficacités de déclenchement sur les données mais
    aussi de l’étiquetage des jets de b
  • la vérifications des prédictions des différents bruits de fond
    (principalement le bruit de fond QCD).

Cette mesure peut maintenant être approfondie pour exploiter pleinement
le potentiel du détecteur ATLAS et améliorer significativement la
précision actuelle. La mesure de la section efficace de production $t\bar{t}$
nécessite une bonne maitrise de différentes techniques d’analyse que le
groupe ATLAS du LPNHE met déjà largement en œuvre, tout en ayant
l’opportunité de s’attaquer à un lot exceptionnel, par sa taille, de
données que fournit le collisionneur LHC. ATLAS comme le LHC en
fonctionnement représentent l’aboutissement d’un des plus ambitieux
projets de la communauté de la physique des particules.

Des voyages réguliers au CERN sont à prévoir ainsi qu’une participation
active à la prise de données sous forme de shifts par exemple.

Lieu de travail : LPNHE - Paris

Déplacements éventuels : site du CERN à Genève

Documentation : http://atlas.web.cern.ch/Atlas/Collaboration/

Contact :

Facebook
Enregistrer au format PDF